Informations: 5ème édition du Salon des Banques et des PME de l’UEMOA du 07 au 10 Novembre 2019 à Korhogo.

Uber n'a pas apporté d'innovation très significative en France

Les chauffeurs qui protestent contre Uber vont-ils uberiser l’action syndicale? S’ils sont restés fidèles aux traditionnels blocages des taxis aux abords de la capitale et des aéroports, qu'ils comptent reprendre lundi après le week-end de fêtes de Noël, ils ont également fait preuve d’innovation en annonçant vendredi dernier une «déconnexion massive», signe que l’économie numérique engendre ses propres types de travailleurs et des modèles de contestation nouveaux, adaptés aux nouveaux canaux qui irriguent l’activité économique.

Des débordements dans la nuit de vendredi 15 à samedi 16 ont terni le mouvement, avec sept chauffeurs interpellés après des violences sur les points de blocage à Paris. Uber a d'ailleurs porté plainte contre les organisations de chauffeurs qui ont lancé le mouvement, notamment pour des menaces. Depuis, une trêve a eu lieu, une réunion de médiation s'est tenue chez le ministre des transports. Uber n’est pas revenu sur la hausse de ses frais de service –sa commission sur les courses des chauffeurs, qui est passée début décembre de 20 à 25%– mais a annoncé la création d’un fonds de 2 millions d’euros pour soutenir ses chauffeurs en difficulté. Car tout en insistant sur le caractère non représentatif des leaders de la contestation, dont «l’objectif est la fermeture des applications VTC pour revenir au système de la grande remise», Uber a reconnu le malaise: «nous constatons que certains chauffeurs se retrouvent en situation de difficulté pour diverses raisons et nous souhaitons les aider», lit-on par exemple dans un des communiqués.

N’hésitez pas et suivez-nous!